That Mintya so-called Questionnaire.

Ladies and gentlemen,
We are among ourselves, journalists, (hopefully) so now let us face some home-hard truths.
The Cameroun Union of Journalist may have faulted this Mintya man for leading the police to Ngota Ngota but my humble opinion is that this is not enough. Is this Mintya a journalist? Did he receive any basic training on something as fundamental to journalism as the interview? Does Mintya even know how to ask questions? Let us pause for one moment to consider this so-called questionnaire from the said Mintya to the Administrator Director General of SHN and by inference the Secretary General of the republic. My opinion is that this is everything but a questionnaire. It contains abject provocation, total disrespect, crass familiarity, etc etc. This questionnaire is exactly what a journalist should not do. It was nothing short of provocation and were I in the position of the Sec Gen, I would have reacted in the same manner. Look, we can disagree with constituted authority but we must show respect…not fear…of constituted authority. Read this questionnaire again. I found it TOTALLY objectionable, disquieting and disrespectful. That is my opinion. And, unfortunately, the WRONG person, Ngota Ngota, paid the price for this insult.
I understand the exuberance of the French language but this questionnaire is everything but a questionnaire. My baby daughter is only five years old but she knows how to ask questions without being rude and insufferable.

RS
tp://www.cameroon -info.net/ reactions/ @,26601,7, recoupement- harrys-robert- mintya-ecrit- a-adolphe- moudiki.html

Recoupement: Harrys Robert Mintya écrit à Adolphe Moudiki

YAOUNDE – 05 MAI 2010
© La Nouvelle

L’integralite de la lettre du DP de “Le Devoir” au DG de la SNH dans le cadre de l’affaire du bateau-hotel. ..

En date du 9 octobre 2009, le directeur de publication du journal Le Devoir, actuellement incarcéré à Kondengui adresse une correspondance à l’administrateur directeur général de la SNH, Adolphe Moudiki. Voici l’intégralité de cette lettre qui porte en objet “vérification de l’information”. Même comme on peut observer qu’il va dans tous les sens, le journaliste qu’il est, n’a-t-il pas voulu procéder à la critique des sources en adressant cette correspondance à l’Adg de la Snh ? Lisez plutôt.

Monsieur,

Je viens par la présente, vous tenir informé de ce qui suit: je suis journaliste depuis 25 ans, puis directeur de publication, j’ai le souci de donner à mes lecteurs, la bonne information, recoupée et vérifiée.

A cet effet, vous connaissant mieux pour vous avoir côtoyé depuis 1986, j’ai trouvé en vous, et sans flagornerie aucune, un homme très honnête. Cerise sur le gâteau, je viens de boucler une enquête; à l’issue de celle-ci, je vais vous faire part de mes préoccupations, bien avant la publication de ma prochaine édition. Et il y a quelques mois, si j’ai publié des informations concernant la Snh, sans recoupement et sans procéder à la critique des sources; c’est juste parce que j’ai été menacé par votre épouse Nathalie et votre chargée de la communication, Cécile Epondo Fouda. Et dans un morceau bien choisi de chez nous, on dit: le temps passé ne revient plus…

Monsieur l’Adg, voici mes préoccupations:

1.-/ Annoncé à grand tapage médiatique, la grosse affaire de la SNH à savoir l’achat du yard pétrolier baptisé (Rio Del Rey) sent du roussi. Pouvez-vous aujourd’hui dire aux Camerounais toute la vérité et rien que la vérité telle qu’à une époque révolue, vous avez eu à demander aux accusés d’en faire en levant la main droite ?

2.-/ Courant décembre 2008, vous avez selon des sources généralement bien informées, envoyé votre charmante épouse Nathalie Moudiki en Hollande pour l’inauguration et l’appréciation dudit navire qui, excusez du peu, aura coûté plus de 17 milliards de francs CFA. Question monsieur l’Adg: pourquoi elle et non quelqu’un d’autre ? Est-elle spécialiste en la matière ?

3.-/ La bonne affaire, (votre Rio Del Rey) selon les mêmes sources, n’a passé que 7 jours au Cameroun; alors l’opération Epervier qui sévit sur l’Albatros ne vous a pas encore suffisamment instruit, dans la mesure où celle-ci, négociée par le truchement de la société écran dénommée Gmbh, n’est rien d’autre qu’un gros détournement ?

4.-/ Par correspondance (confidentielle) de monsieur Laurent Esso ci-devant Pca de la Snh et Sg de la présidence du 20 juin 2008 sous le N°007/Prc/Sg/ D-06 ayant pour objet je cite “dossier Rio Del Rey”; avez-vous au terme d’un entretien téléphonique d’environ 45 minutes, diligenté l’opération de paiement de la somme de 1 342 000 000 FCFA, en prenant soin d’écarter monsieur Mendimi qui est le directeur financier, préférant travailler (les besoins de la cause) avec un certain Menyu Paul Debauger et d’autres cadres de la maison dont une dame ? Alors monsieur l’Adg, combien d’opérations du genre avez-vous fait pour préparer votre retraite qui frappe déjà à la porte ?

5.-/ Dans cette affaire, vous êtes au nombre de cinq: à savoir Laurent Esso, Dooh Collins, Antoine Bikoro Alo’o et Dayas Mounoume. Ce bonus qui en guise de commission a été entièrement payé bien que cela se soit fait en deux tranches selon les ordres de virement. Honnêtement, Dooh Collins reconnaît avoir perçu 470 millions. Quant à vous, pouvez-vous nous dire ce que vous avez eu réellement ?

6.-/ Les mauvaises langues, si jamais elles le sont, disent que vous avez écarté des circuits, votre ancien complice de détournement des 1,342 milliards pendant les quelques jours de maladie qu’elle a passés à l’hôpital de la CNPS, au profit de Essama Ndi Naomie et autres Menyu Paul, monsieur l’Adg: jusqu’à quand allez-vous continuer à jouer ce jeu dangereux ?

7.-/ Les mêmes mauvaises langues déclarent que vous êtes déjà entrain de tout faire pour éliminer la jeune dame, parce que croyez-vous, c’est elle qui a vendu la mèche. Qu’en est-il exactement ?

Très haute consideration

Advertisements