Bibi Ngota: Sinking Ship, the Plot Thickens.

It has now filtered that Ngota Ngota and company did not get the first information about kickbacks in the purchase of a ‘Hotel-ship’ and huge sums – from a leaked conversation. The press got the the tip from the very authoritative Africa Confidential way back in 2009.

Article lu dans Le Confidentiel Africain — N° 105 — 1er octobre 2009

Scandale à la SNH

La puissante Société nationale des hydrocarbures (SNH) présentée comme la « caisse noire des recettes pétrolières » du régime du « renouveau » est en passe de faire exploser l’un des plus grands scandales financiers qu’ait jamais connu le Cameroun dans les tous prochains jours. Il s’agit de l’« affaire Rio Del Rey », le nom de baptême du bateau hôtel acheté à 17 milliards de F.CFA par la SNH que dirige un des rarissimes hommes de confiance du président Paul Biya, le très discret Adolphe Moudiki. Ce Sawa, ancien directeur adjoint du Cabinet civil, ancien ministre et actuellement administrateur directeur général de ladite société dont la gestion relève de l’exclusivité de la présidence.

En 2008, la SNH spécialisée dans le partenariat de recherche des puits pétroliers off-shore et on-shore, ainsi que des quotas de production et de transport du brut tchadien à travers le pipeline Doba-Kribi avait couronné une année faste en chiffre d’affaire par le versement de la somme record de 651,217 milliards de F.CFA au Trésor public. La bonne santé de la SNH en 2008 s’expliquait, selon nos sources, par trois découvertes et la signature de trois nouveaux contrats de partage de production avec le consortium Glencore/Afex et avec les sociétés Addax et EurOil, respectivement sur les blocs Matanda, Iroko et Etindé. Toutes choses qui avaient permis des versements des primes de rendement à son sélectif personnel, ainsi que les encouragements spéciaux de son PCA statutaire, le secrétaire général de la présidence, Laurent Esso, tant le ministre des Mines n’en assure qu’une transparente tutelle administrative. En 2008, la SNH avait confirmé la commande d’acquisition d’une barge hôtel d’une capacité de 132 lits : « Cette barge, dénommée Rio Del Rey, et qui a coûté 17 milliards de F.CFA environ représente le premier investissement de cet ordre jamais réalisé par la SNH, sur fonds propres », s’en était d’ailleurs félicité l’ADG auprès du président Biya à qui Adolphe Moudiki rend prioritairement et exclusivement compte du vrai tableau de bord des recettes pétrolières…

Le problème aujourd’hui repose essentiellement sur les mécanismes de cette transaction opaque ainsi que les caractéristiques futuristes de la barge Rio Del Rey (RDR) équipée d’un héliport et dont la SNH était peu disert sur le pays et l’usine de fabrication de ce « bateau hôtel flambant neuf ». On sait que le RDR a été fabriqué par « Aksoy Gelibolu Shipyard » en Turquie, dans le même chantier naval ayant monté la barge « Elisa ». Le RDR fabriqué et mis à l’eau le 28 septembre 2008 dans le port de Gelibolu (situé dans le détroit de Dardanelles à 250 bornes d’Istanbul) aurait dû être livré à la SNH au mois d’octobre 2008, via la firme suisse « ABC Maritime » que dirige Robert Rohrbach. Seulement la barge RDR n’est jamais arrivée au Cameroun, nonobstant le dernier versement du solde des 17 milliards le 26 novembre 2008. Les traces du RDR remontent plutôt au mois d’avril 2009 où la barge fut utilisée par Total Genève et une expédition aux larges de Dakar au Sénégal le 12 mai 2009. Depuis lors, le Cameroun attend sa barge achetée à pas moins de 17 milliards de F.CFA. Pis, la transaction pour l’acquisition du RDR aurait connu des intermédiaires occultes. Nos sources s’interrogent – entre autres – sur l’attribution d’une somme de 480 millions de F.CFA représentant 3 % des commissions sur les 17 milliards de F.CFA versés à Dooh Collins, directeur général de « Petroleum Advising Services » (PAS). Cet argent fait jaser les personnes proches dudit dossier. La presse camerounaise est en passe de se saisir de cette affaire…

Advertisements